Partie B – Dégazage

 

Contexte

Les vapeurs peuvent être nocives pour la santé du personnel à bord des bateaux de navigation intérieure. L’évitement de la libération de vapeurs nocives dans l’atmosphère est recommandé aussi pour des raisons de protection de l’environnement. La CDNI veille, en principe, à la protection de l’eau, mais une modification de la Convention a étendu son champ d’application aussi à la libération de vapeurs.
 
En juin 2017, la Conférence des Parties Contractantes (CPC) a adopté une résolution portant modification de la Convention relative à la collecte, au dépôt et à la réception des déchets survenant en navigation rhénane et intérieure (CDNI) et de son Règlement d’application. Cette modification entrera en vigueur six mois après le dépôt du dernier instrument de ratification, d’acceptation ou d’approbation par l’ensemble des six Parties Contractantes (voir « État des ratifications » plus bas).
 
La modification vise à introduire, dans le champ d’application de la CDNI, une interdiction progressive pour que des résidus gazeux de cargaison (vapeurs) nocifs pour l’environnement cessent d’être libérés dans l’atmosphère. Les vapeurs restent dans les citernes à cargaison des bateaux-citernes de navigation intérieure après l’élimination de certains composés organiques volatils (COV) (voir les marchandises visées sous « Trois phases d’interdiction de dégazage »). Ces résidus doivent être éliminés avant le chargement de la prochaine cargaison, lorsqu’ils ne peuvent pas être évacués vers une citerne à terre par un système de récupération des vapeurs.
 
Une interdiction visée dans un champ d’application afférent ne peut être rendue effective que par une réglementation harmonisée au niveau international : des interdictions de dégazage locales ne sont pas suffisamment efficaces et entraînaient jusqu’alors un risque de « tourisme de déchets ».
 
Les Parties Contractantes ont adopté cette nouvelle règlementation afin de mettre en place les procédures et installations nécessaires pour réceptionner et traiter ces résidus gazeux.
 
Selon les estimations de l’étude d’impact, cette modification permettra d’éviter 95 % des dégazages dommageables dans l’atmosphère dans le champ d’application géographique de la Convention. Ceci constitue une amélioration considérable pour l’environnement ainsi que pour la durabilité du transport de marchandises par voies d’eau.

Source : image du film d’animation pour les 20 ans de la CDNI, Secrétariat de la CDNI

 

Texte de la résolution et étude d’impact

Texte de la résolution
pdf_frpdf_depdf_nlpdf_en

 

Étude d’impact annexée à la résolution (pas de traduction anglaise actuellement)
pdf_frpdf_depdf_nl

 

Trois phases d’interdiction de dégazage dans l’atmosphère

L’interdiction de dégazage sera introduite progressivement afin de permettre le développement de l’infrastructure nécessaire et de solutions logistiques pertinentes tels que le recours au transport dédié ou compatible.

Les trois phases de l’interdiction de dégazage sont les suivantes :

      1) 6 mois après la ratification, l’interdiction de dégazage s’appliquera pour les marchandises les plus nocives (benzène, essence, distillats de pétrole et mélanges contenant plus de 10% d’éthanol, Tableau I) ;
      2) 2 ans après la ratification, l’interdiction de dégazage sera étendue à une deuxième série de marchandises
      (Tableau II) ;
      3) Dans un délai de 3 ou 4 ans après la ratification, l’interdiction de dégazage sera étendue à une troisième série de marchandises (Tableau III), en fonction des résultats d’une évaluation intermédiaire. La CPC examinera les besoins en tenant compte des évolutions scientifiques constantes dans le domaine. D’autres matières nocives pourraient être ainsi incluses dans cette troisième phase.

 

État des ratifications

L’interdiction de dégazage entrera en vigueur le premier jour du sixième mois suivant le dépôt auprès du dépositaire du dernier instrument de ratification, d’acceptation ou d’approbation par les États signataires (Allemagne, Belgique, France, Luxembourg, Pays-Bas et Suisse).
 

État des ratifications (9 février 2021)

Le Luxembourg a déposé l’instrument de ratification le 7 février 2020 (voir le communiqué de presse).
Les Pays-Bas ont déposé l’instrument d’acceptation ( pdf_frpdf_nl) le 3 juillet 2020 (voir le communiqué de presse)
L’instrument avait été signé le 13 mars 2020 par le Ministre des Affaires Étrangères néerlandais mais n’a pu être déposé qu’au sortir de la crise de Covid-19).
L’Allemagne a déposé l’instrument d’acceptation ( pdf_de) le 9 février 2021 (voir le communiqué de presse).
La procédure de ratification est en cours dans les trois autres États de la CDNI (Belgique, France, Suisse).
 

Stations de dégazage

Des stations de réception pour les résidus gazeux sont d’ores et déjà opérationnelles. Le Secrétariat de la CDNI actualise régulièrement un recensement des stations disponibles et publie la liste des stations ouvertes au public (état : juin 2021). Ces stations peuvent être également géolocalisées sur la carte des stations de réception de la CDNI.
 

Opportunités de financements de projets pour le dégazage

Plusieurs instruments de financement, notamment européens, offrent des possibilités de financer des projets de recherche et développement, des travaux préparatoires ou de l’infrastructure, pertinents pour le domaine de la CDNI et pour le dégazage.
 
Le Secrétariat de la CDNI publie ici les informations relatives aux opportunités présentes et à venir.
 

CEF – programme de travail pluriannuel 2021-2023 – Opportunités de financement pour l’infrastructure dans le domaine des déchets
pdf_frpdf_depdf_nl
 
Annexe  pdf_en

 

CEF II Transport – Premier appel à propositions (16 septembre 2021 – 19 janvier 2022)
pdf_frpdf_depdf_nl